Keeping Voters Informed ahead of the South African Elections

Wednesday, April 16, 2014 | 1:16 PM

The Internet is changing the way Africans engage with politics, as we recently saw during national elections in countries such as Kenya and Zimbabwe. In next month’s elections, South Africans will celebrate 20 years of Democracy when they step out to vote, reflecting on how far their nation has come since the first free and fair elections in 1994, as well as considering the most pressing issues affecting their lives. That’s why today we’re launching the South African Elections Hub, a portal where you can follow the latest elections news, videos and information.

Voters are already turning to the Internet for information, searching for the latest news and views from parties, candidates, the media and friends. Earlier this year we saw an increase in search topics such as how to register to vote. Similar to other elections around the world, we want to help make it easier for South African voters and media to find elections-related information. Our Elections Hub is as a one-stop site compiling election related information from across the web, including party and candidate information, where to vote, real-time election news, search trends, and some of the most engaging YouTube videos from a wide range of political parties, media, civil society and youth voices.



As well as helping to drive voter engagement, We have trained local political parties, the media and youth on how to use digital tools for elections. We’re especially excited about the way young people are using the Internet to make their voices heard, through YouTube videos such as those by Live Magazine. We’ve supported these young people to engage their peers across the country in debates using technology such as Hangouts on Air.

The world will be watching closely as South Africa moves towards voting day, and we hope that citizens find the Elections Hub useful during this important time.

Posted by Fortune Mgwili-Sibanda, Policy Manager, Google South Africa


====


Tenir les citoyens informés avant les élections en Afrique du Sud 

Internet apporte aux citoyens africains une nouvelle façon de prendre part à la vie politique, comme nous avons récemment pu le constater lors des élections nationales organisées au Kenya et au Zimbabwe. Lors des élections qui se tiendront le mois prochain, les Africains du Sud célèbreront 20 années de démocratie en se rendant aux urnes, une façon de montrer le chemin parcouru par leur nation depuis l'instauration des premières élections libres et démocratiques en 1994, et de se pencher sur les sujets les plus brûlants qui touchent leur vie de tous les jours. C'est la raison pour laquelle nous ouvrons aujourd'hui le portail des élections sud-africaines (South-African Election Hub) qui vous permettra de suivre toutes les actualités sur les élections, avec les informations et les vidéos les plus récentes.

Les électeurs commencent déjà à s'informer sur Internet, recherchant les dernières informations et commentaires des partis, des candidats, des médias et de leurs amis. Nous avons déjà enregistré depuis quelques temps une hausse du nombre de recherches Internet sur le sujet, par exemple sur la marche à suivre pour s'inscrire sur les listes électorales. Comme pour toutes les élections à travers le monde, nous souhaitons aider les électeurs et les médias sud-africains à trouver les informations qu'ils recherchent sur les élections. Notre portail est un site qui centralise toutes les informations ayant trait aux élections et disponibles sur Internet, notamment les informations sur les candidats et les partis, les bureaux de vote, l'actualité électorale en temps réel, les statistiques de recherche, et certaines des vidéos YouTube les plus intéressantes représentant les partis politiques les plus divers, les médias, la société civile et les jeunes.

En plus d'encourager la participation électorale, Google a également formé les partis politiques locaux, les médias et les jeunes à utiliser les outils numériques pour les élections. La façon dont les jeunes utilisent Internet pour faire entendre leur voix, à l'aide des vidéos YouTube telles que celles de Live Magazine est notamment un vrai motif de satisfaction pour nous. Nous avons accompagné ces jeunes pour qu'ils encouragent leurs pairs à travers le pays à participer à des débats en utilisant des technologies telles que Hangouts on Air.

Le monde aura les yeux rivés sur l'Afrique du Sud jusqu'au jour des élections et nous espérons que le portail des élections aura été utile aux citoyens pendant cette période décisive.

Publié par Fortune Mgwili-Sibanda, Policy Manager, Google Afrique du Sud

The search is on for Sub Sahara Africa’s Next Google Student Ambassadors

Tuesday, April 15, 2014 | 11:15 AM

Are you a student leader? Do you want to make impact on campus? If the answer is yes, Google is now receiving applications for the 2014 Google Student Ambassador Program in Sub Sahara Africa.

Google Student Ambassadors (GSAs) are leaders on campus whose mission is to use technology to make a difference, not only in their universities, but also in their communities across the region. They train other students on how to use Google tools, like Google Apps for Education, Google Maps, Adwords, YouTube and more. GSAs are helping to improve the way technology is used by university students, not only in their academics but also in their daily lives.


GSAs in Sub Sahara Africa have made it to the finals in global competitions such the Google Online Marketing Challenge and Google Cloud Developer Challenge. Check out the gStudents SSA Community today to get a sense of what these inspiring young people are all about and the impact they make.

Do you think you have what it takes? You can find more information on the Google Ambassador Program and other student opportunities in Sub Saharan Africa on our Google for Education website.

Apply now to the program: the deadline is May 30th, 2014.

Posted by Obum Ekeke, Education Community Programs


====


Google recherche ses futurs étudiants ambassadeurs en Afrique sub-saharienne

Vous êtes un leader étudiant ? Vous avez envie de jouer un rôle de premier plan dans votre campus ? Alors, postulez dès maintenant pour le Programme Étudiant Ambassadeur de Google en Afrique sub-saharienne 2014.

Les étudiants ambassadeurs Google (GSA) sont des leaders sur les campus, avec pour mission d'utiliser la technologie pour faire avancer leur université et leurs communautés dans la région. Leur rôle est de former d'autres étudiants à utiliser les outils Google, comme Google Apps pour l'éducation, Google Maps, Adwords, YouTube et plus encore. Les étudiants ambassadeurs de Google aident les étudiants à mieux tirer parti de la technologie non seulement dans leurs études mais aussi dans leurs vies quotidiennes.

Les étudiants ambassadeurs de Google en Afrique sub-saharienne sont arrivés en finale de concours internationaux tels que le Google Online Marketing Challenge et le Google Cloud Developer Challenge. Consultez la Communauté des étudiants d'Afrique sub-saharienne dès aujourd'hui pour en savoir plus sur ce que ces jeunes représentent et peuvent apporter.

Vous pensez avoir le profil ? Vous trouverez plus d'informations sur le Programme Étudiant Ambassadeur de Google et sur les autres opportunités en Afrique sub-saharienne en consultant le site de Google pour l'éducation.

Inscrivez-vous au programme dès à présent : la date limite est fixée au 30 mai 2014.

Publié par Obum Ekeke, Education Community Programs

Meet the Africa Connected winners

Tuesday, April 1, 2014 | 9:59 PM

Only 16% of Africa’s 1 billion people are online, but, every day, the web is improving lives and boosting socio-economic development around the world. When we launched the Africa Connected competition last year, our aim was to gather inspirational stories that show the impact of the web and Google products in the everyday lives of Africans. 

We also wanted to inspire other Africans to come online to explore and benefit from what the web has to offer. Today we are thrilled to announce the top five most inspirational stories, selected by the voting public. They were chosen from over 2,200 submissions from 35 countries across Sub-Saharan Africa.


Sitawa Wafula (Kenya)
Sitawa used Google Blogger to establish an award winning blog on mental health in East Africa. Sitawa wants to build a physical resource centre where people can access information online and get much-needed help to manage their conditions.

Eseoghene Odiete (Nigeria)
After graduating from university, Eseoghene learned how to create handbags using Google Search and YouTube. With the help of contacts found via Search, over 100 blogs have featured her vibrant designs. She dreams of building an international brand that promotes African designs. Eseoghene also runs training classes for other women who want to start businesses.

Christopher Panford (Ghana)
Christopher runs a transport company helping Ghanaian drivers access vehicle loans, which they use to earn a living. He uses Google Maps to constantly monitor the location of vehicles under bank loans. This assures banks that their loans are protected, while Christopher empowers more drivers.

Eric Obuh (Nigeria)
Eric (aka Vocal Slender) used to be a dump site scavenger, in order to pay for studio time to record his music. After being discovered by the BBC in a documentary they produced entitled ‘Welcome to Lagos’, he became known around the world. Since then, Eric has recorded songs which he shares with new audiences on YouTube. He also uses Google+ and YouTube to raise awareness about underprivileged youngsters in the slums of Lagos, helping to raise scholarship money, and encouraging kids to stay in school.

Eunice Namirembe (Uganda)
Eunice runs The Medical Concierge Group which helps Ugandan communities access quality healthcare and information. Physician Eunice has built a 24-hour ambulance call centre by using the Google Cloud console and Google Maps to record patient information and track patient locations. With these tools, Eunice and her team are able to help connect more Ugandans to medical services, thus saving lives in the process.

These winning success stories each show how individuals and organisations have utilised the power of the internet to solve a problem, earn a living, or create opportunities, not just for themselves, but also for others around them. We hope that Africa Connected helped showcase the positive effect that the web is having on the lives of individuals and communities across the continent.


Google celebrated the winners and awarded $25,000 in cash prizes at the Africa Connected Web Summit in Nairobi, Kenya on April 1, 2014. In an effort to invest in the future success of all the finalists, Google also surprised the remaining five success stories by awarding them $10,000 each to help grow their ventures and initiatives for greater social and economic impact. Recipients included; Tim McGuire (South Africa), Nqobizitha Mlilo (Zimbabwe), Mayowa Adegbile (Nigeria), Lamine Mbengue (Senegal) and Steve Kyenze (Kenya).

There may be only five winners, but there are many more powerful and inspiring stories out there, including the 21 success stories already hosted on the Africa Connected website. We encourage you to watch and learn from them.

Last but not least, even though the contest is over, we’re still searching for new success stories to promote. Have you used the web to create opportunities, change lives around you or positively impact your community? We encourage you to submit your story for an opportunity to be featured on the site and showcased to the world!

If you’re still new to the web, explore resources that can help you learn more about what’s possible with the web and with Google, and start building your digital skills. Be inspired. Get connected. We can’t wait for you to start on your web journey.

Posted by Affiong Osuchukwu, Country Marketing Manager, Google Nigeria


 ====


Rencontre avec les lauréats de l'Afrique connectée

Seuls 16 % du milliard d'habitants que compte l'Afrique ont accès à Internet. Pourtant, chaque jour et partout dans le monde, le web permet d'améliorer des vies et d'accélérer le développement socio-économique. Lorsque nous avons lancé le concours L'Afrique connectée l'an dernier, notre objectif était de réunir des histoires vécues inspirantes témoignant de l'influence du web et des produits Google sur la vie quotidienne des Africains. Nous souhaitions aussi encourager d'autres Africains à explorer le web et tirer parti de ce que la toile peut leur apporter. Aujourd'hui, nous sommes très heureux d'annoncer les cinq histoires qui ont été le plus plébiscitées par le public. Elles ont été choisies parmi 2200 histoires provenant de 35 pays d'Afrique sub-saharienne.

Sitawa Wafula (Kenya)
Sitawa a utilisé Google Blogger pour créer un blog maintes fois primé sur la santé mentale en Afrique de l'Est. Sitawa souhaite créer un centre de ressources où les personnes atteintes de troubles mentaux pourraient consulter des informations en ligne et obtenir l'aide dont elles ont tant besoin pour gérer leur maladie.

Eseoghene Odiete (Nigeria)
Son diplôme universitaire en poche, Eseoghene a utilisé Google Search et Youtube pour apprendre à créer des sacs à main. Et grâce à Google Search, elle a trouvé des contacts et réussi à présenter ses modèles en ligne sur plus d'une centaine de blogs.

Elle rêve de développer une marque internationale qui servirait de vitrine aux créations africaines. Eseoghene anime également des formations auprès de femmes qui souhaitent créer leur entreprise.

Christopher Panford (Ghana)
Christopher dirige une société de transport qui permet aux titulaires d'un permis de conduire ghanéen de bénéficier de prêts bancaires pour acheter des voitures qui leur permettront de gagner leur vie. Il utilise Google Maps pour son système de suivi qui permet de localiser en permanence les véhicules sous prêts bancaires. Ce système donne l'assurance aux banques que leurs prêts sont protégés et permet à Christopher de répondre aux attentes d'un plus grand nombre de conducteurs.

Eric Obuh (Nigeria)
Eric (également connu sous le nom de Vocal Slender) récupérait des déchets dans les décharges pour se payer un studio et enregistrer sa musique. Il a été découvert par la BBC dans un documentaire intitulé « Welcome to Lagos » et il est maintenant connu dans le monde entier. Depuis lors, Eric a enregistré plusieurs chansons qu'il distribue sur YouTube pour faire connaître sa musique à un nouveau public. Eric mène également des actions de sensibilisation auprès des jeunes défavorisés des bidonvilles de Lagos grâce à Google+ et Youtube. Dans ce cadre, il collecte des fonds pour proposer des bourses d'étude et encourager l'assiduité des enfants à l'école.

Eunice Namirembe (Uganda)
Eunice dirige le Medical Concierge Group qui vient en aide aux communautés privées de soins et d'informations de santé de qualité en Ouganda. Également médecin, Eunice a créé un centre d'appel d'ambulance disponible 24/24 H qui utilise la Google Cloud console et Google Maps pour enregistrer les données médicales et localiser les patients. Grâce à ces outils, Eunice et son équipe permettent à un nombre croissant d'Ougandais d'accéder plus rapidement aux services médicaux. Ce faisant, ils contribuent à sauver des vies.

Ces histoires montrent chacune à sa façon comment des individus et des organisations ont su exploiter le potentiel d'Internet pour résoudre un problème, gagner leur vie ou créer des opportunités pour eux-mêmes et leur entourage. Nous espérons que l'Afrique connectée aura permis d'illustrer les bienfaits que peut avoir le web sur la vie des personnes et des communautés en Afrique.

Google a félicité les lauréats lors Web Summit de l'Afrique connectée qui se tenait le 1er avril 2014 à Nairobi au Kenya et leur a remis 25 000 $ en récompense. Et pour contribuer à la réussite de tous les finalistes, Google a également surpris les cinq finalistes restants en leur attribuant à chacun une somme de 10 000 $ afin de les aider à développer leurs entreprises et leurs projets et leur donner encore plus d'impact social et économique. Les heureux destinataires de ce prix supplémentaire sont : Tim McGuire (Afrique du Sud), Nqobizitha Mlilo (Zimbabwe), Mayowa Adegbile (Nigeria), Lamine Mbengue (Sénégal) et Steve Kyenze (Kenya).

Il n'y a peut-être que cinq gagnants, mais il y a encore de nombreuses histoires intenses et passionnantes à découvrir, dont les 21 histoires que vous pouvez consulter sur le site Internet de l'Afrique connectée. Nous vous invitons à les regarder et à vous en inspirer.

Bien que le concours soit terminé, nous recherchons toujours de nouvelles histoires à valoriser. Vous avez utilisé Internet pour créer des opportunités, changer la vie de vos proches ou apporter quelque chose de positif à votre communauté ? Nous vous invitons à nous raconter votre histoire pour avoir une chance de figurer sur le site et être présenté au monde entier !

Si vous êtes encore novice sur le web, venez consulter les ressources disponibles pour savoir ce qu'il est possible de faire avec Internet et Google et développer vos compétences numériques. Soyez inspiré. Connectez-vous. Lancez-vous dans l'aventure du web.

Publié par Affiong Osuchukwu, Country Marketing Manager, Google Nigéria

First Nigerian Archive launches on the Google Cultural Institute

Wednesday, March 26, 2014 | 3:44 PM

The Google Cultural Institute was established in 2010 with a simple mission – to ‘help preserve and promote culture online’. The Institute is an effort to make important cultural material available and accessible to everyone and to digitally preserve it to educate and inspire future generations. We believe that the Cultural Institute can be an especially useful way to engage students, scholars and teachers through innovative and interactive learning.

UNESCO estimates that half of 6,000 plus languages and cultures today will disappear by the end of this century if nothing is done to preserve them.

To date, hundreds of museums, cultural institutions, and archives have partnered with us to host some of their cultural treasures online, and last week we announced our first partnership in Nigeria with Pan-Atlantic University!


Nigeria’s Pan-Atlantic University presents its collection of rare historical documents and photographs. Spanning 1851-1914, they tell the story of Nigeria’s formation as a colony. The second exhibition traces the transformation of Lagos from a cosmopolitan colonial trading center to West Africa’s largest metropolis.

Lagos, Nigeria’s biggest city, is built atop a dense network of islands and waterways. It is the 7th fastest growing metropolis in the world with a population recently estimated at 9 million.

Explore Lagos, past and present!



Posted by Lauren Nemroff, Program Manager, Google Cultural Institute


====


Les premières archives du Nigeria disponibles sur l'Institut culturel de Google

L'Institut culturel de Google a été créé en 2010 avec pour mission "d'aider à préserver et à promouvoir la culture en ligne". L'Institut s'efforce de mettre à la disposition de tous le matériel culturel important, et de le préserver sous forme numérique pour instruire et inspirer les générations futures. Selon nous, l'Institut culturel peut s'avérer très utile pour intéresser et motiver les étudiants, les universitaires et les enseignants via un moyen d'apprentissage interactif et innovant.

L'UNESCO estime que la moitié des 6000 langues et cultures qui existent aujourd'hui va disparaitre d'ici à la fin du siècle si l'on ne fait rien pour les préserver.

À ce jour, des centaines de musées, d'institutions culturelles et de centres d'archives se sont associés à nous pour que nous hébergions une partie de leurs ressources culturelles en ligne. La semaine dernière, nous avons annoncé notre premier partenariat au Nigeria avec l'université Pan-Atlantic !

L'université Pan-Atlantic du Nigeria présente sa collection de documents et de photographies historiques rares. Ces documents datant de 1851 à 1914 racontent comment le Nigeria est devenu une colonie. La seconde exposition retrace la transformation de Lagos, depuis l'ancien centre cosmopolite de commerce colonial jusqu'à sa position actuelle de plus grande métropole d'Afrique de l'Ouest.

Lagos, qui est aussi la plus grande ville du Nigeria, est construite sur un vaste réseau d'îles et de voies navigables. Il s'agit de la septième métropole au monde à la plus forte croissance, avec une population récemment estimée à 9 millions.

Découvrez le Lagos d'hier et d'aujourd'hui !

Publié par Lauren Nemroff, Program Manager, Institut culturel de Google

Kicking off the 2014 Google Science Fair: It’s your turn to change the world

Thursday, February 13, 2014 | 12:02 PM

What if you could turn one of your passions into something that could change the world? That's just what thousands of teens have done since the first Google Science Fair in 2011. These students have tackled some of today’s greatest challenges, like an anti-flu medicine, more effective ways to beat cancer, an exoskeletal glove, a battery-free flashlight and banana bioplastics. Last year’s Africa finalists and winners of the Science in Action prize Sakhiwe Shongwe and Bonkhe Mahlalela from Swaziland were recognized for their project, which explored an affordable way to provide hydroponics to poor subsistence farmers.

Now it’s time to do it again: we're calling for students aged 13-18 to submit their brilliant ideas for the fourth annual Google Science Fair, in partnership with Virgin Galactic, Scientific American, LEGO Education and National Geographic. All you need to participate is curiosity, and an Internet connection. Project submissions are due May 12. The winners will be announced at the finalist event at Google headquarters in Mountain View, Calif., on September 22.


 

In addition to satisfying your curious mind, your project can also win you some pretty cool prizes. This year’s grand prize winner will have the chance to join the Virgin Galactic team at Spaceport America in New Mexico as they prepare for space flight and will be among the first to welcome the astronauts back to Earth, a 10-day trip to the Galapagos Islands aboard the National Geographic Endeavour and a full year’s digital access to Scientific American magazine for their school. Age category winners will have a choice between going behind the scenes at the LEGO factory in Billund, Denmark or an amazing experience at either a Google office or National Geographic. 

For the 2014 competition, we’ll also give two new awards to celebrate even more talented young scientists:
  • The Computer Science Award will be given to a project that champions innovation and excellence in the field of computer science.
  • Local Award Winners—students whose projects have attempted to address an issue relevant to their community—will be honored in select locations globally.  
And the Scientific American Science In Action award will once again honor a project that addresses a health, resource or environmental challenge. The winner will receive a year’s mentoring from Scientific American and a $50,000 grant toward their project. 

Stay updated throughout the competition on our Google+ page, get inspired by participating in virtual field trips and ask esteemed scientists questions in our Hangout on Air series. If you need help jump-starting your project, try out the Idea Springboard for inspiration.  

What do you love? What are you good at? What problem have you always dreamed of solving? Get started with your project today—it’s your turn to change the world. It is time for Africa to change the world.

Posted by Clare Conway, Google Science Fair team


 ====


Coup d'envoi de l'édition 2014 de la Fête de la science Google. Africains : à votre tour de changer le monde

Imaginez que vous puissiez faire de l'une de vos passions un levier pour changer le monde ? C'est exactement ce que des milliers de jeunes ont fait depuis la première édition de la Fête de la Science Google en 2011. Des étudiants ont puisé l'inspiration dans ce qui les passionnait et là où ils étaient les plus forts pour s'attaquer à quelques-uns des plus grands défis actuels de la planète. Parmi toutes les idées brillantes que nous avons reçues figure celle du lauréat du Grand-Prix de l'an dernier, Eric Chen, qui, en conjuguant sa passion pour la biologie et ses compétences informatiques, a réussi à créer un traitement contre la grippe. Brittany Wenger, gagnante du Grand Prix 2012, avait décidé de s'attaquer au cancer. En alliant son goût pour la science fiction et ses talents en programmation, elle est parvenue à créer sur le cloud un programme de détection du cancer du sein. L'année dernière, les finalistes et vainqueurs africains du prix de la Science en Action, Sakhiwe Shongwe et Bonkhe Mahlalela (Swaziland) ont été récompensés pour leur projet d'étude d'un moyen économique de fournir des techniques d'agriculture hors-sol aux agriculteurs les plus pauvres.

Il est temps de prendre la relève : nous invitons les jeunes de 13 à 18 ans à soumettre leurs brillantes idées lors de la quatrième édition de la Fête annuelle de la Science Google, organisée en partenariat avec Virgin Galactic, Scientific American, LEGO Education et National Geographic. Vous n'avez besoin pour participer que d'une bonne dose de curiosité et d'une connexion Internet. La date limite de dépôts des projets est le 12 mai 2014. Les projets gagnants seront dévoilés lors de la finale qui se tiendra au siège de Google à Mountain View en Californie, le 22 septembre 2014.

En plus de satisfaire votre esprit curieux, votre projet peut aussi vous permettre de gagner des prix vraiment exceptionnels. Le Grand Prix de cette année offre notamment la chance de rejoindre l'équipe de Virgin Galactic au spatioport (le "Spaceport") dans le désert du Mojave pendant la préparation du vol dans l'espace et d’être parmi les premiers à accueillir les astronautes de retour sur Terre. Et ce n’est as tout : un séjour de 10 jours aux Galapagos à bord du National Geographic Endeavour ainsi qu'une année entière d'accès numérique au magazine Scientific American pour leur école seront également offerts. Les gagnants pour chaque catégorie d'âge auront le choix entre vivre une expérience incroyable dans les bureaux de Google, assister au Symposium annuel de National Geographic et visiter les coulisses de l'usine LEGO à Billund au Danemark.

Pour le concours 2014, nous célèbrerons encore plus de talentueux scientifiques en herbe avec l'introduction de deux nouvelles distinctions :
  • Le prix de la Science informatique (Computer Science Award) sera décerné à un projet qui se fait le champion de l'innovation et de l'excellence dans le domaine informatique.
  • Le prix de la proximité (Local Award) qui sera décerné à une sélection de projets issus de certaines localités et destinés à résoudre des problématiques locales.
Enfin le prix de la Science en Action du Scientific American récompensera encore une fois un projet qui apportera une solution à un problème d’environnement, de santé ou d’exploitation des ressources. Le gagnant bénéficiera pendant une année du tutorat de Scientific American et d'une subvention de 50.000 dollars pour son projet.

Tenez-vous informé durant toute la durée du concours sur notre page Google+ , cherchez l'inspiration en participant à des explorations virtuelles et posez vos questions à d'éminents scientifiques dans nos séries Hangout sur on Air. Si vous avez besoin d'aide pour vous lancer, essayez I'outil tremplin des idées ('Idea Springboard") pour trouver l'inspiration.

Qu'est-ce qui vous plait vraiment ? Dans quelle discipline êtes-vous bon ? Quel problème avez-vous toujours rêvé de résoudre ? L'heure est venue de saisir votre chance pour le réaliser. Il est temps pour l'Afrique de changer le monde.

Posté par Sam Peter, Équipe de Google Science Fair

African organizations win 2014 RISE Awards to support computer science education

Friday, February 7, 2014 | 5:12 PM

"We need more kids falling in love with science and math.” That's what Larry Page said at last year's I/O, and it's a feeling shared by all of us. We want to inspire young people around the world not just to use technology, but to create it. Unfortunately, many kids don’t have access to either the education or encouragement they need to pursue computer science. So five years ago we created the Google RISE (Roots in Science and Engineering) Awards, which provide funding to organizations around the world that engage girls and underrepresented students in extracurricular computer science programs.

This year, the RISE Awards are providing $1.5 million to 42 organizations in 19 countries, including Ghana, Nigeria, Uganda. These organizations provide students with the resources they need to succeed in the field. For example, Africa ICT Right in Ghana is helping to address the need for Information and Communication Technology (ICT) infrastructure and training in underserved communities. Another awardee, Uganda-based Mbarara University of Science and Technology has been helping to bridge the gender gap by focusing on community outreach programs that encourage girls to pursue STEM (Science, Technology, Engineering & Math) courses. Visit our site for a full list of our RISE Award recipients.



Lagos-based Audax Solutions Ltd has been carrying out programs aimed at bridging the opportunity divide between African children and their age mates around the world. Click on the photo to learn more about this and other RISE Awardees.

This year, we’re also expanding the program with the RISE Partnership Awards. These awards aim to encourage collaboration across organizations in pursuit of a shared goal of increasing global participation in computer science. For example, more than 5,000 girls in sub-Saharan Africa will learn computer science as a result of a partnership between the New York based program ELITE and the WAAW Foundation in Nigeria.
We’re proud to help these organizations inspire the next generation of computer scientists. 

Posted by Hai Hong, RISE Program Manager



 ====


Des organisations africaines remportent les RISE Awards 2014 pour soutenir la formation en informatique

"Nous avons besoin que davantage d'enfants tombent amoureux des sciences et des maths.” C'est ce qu'a déclaré Larry Page lors des I/O de l'an dernier, et c'est un sentiment que nous partageons tous. Nous voulons inciter les jeunes du monde entier, non seulement à utiliser la technologie, mais à la créer. Malheureusement, de nombreux enfants n'ont accès ni à la formation ni aux encouragements dont ils ont besoin pour découvrir l'informatique. C'est pourquoi nous avons créé, il y a cinq ans, les Google RISE (Roots in Science and Engineering) Awards, qui assurent un financement aux organisations du monde entier encourageant les filles et les minorités sous-représentées à entreprendre des études en informatique.

Cette année, les RISE Awards représentent 1,5 million de dollars, distribués à 42 organisations dans 19 pays, dont le Ghana, le Nigéria et Ouganda. Ces organisations fournissent aux étudiants les ressources dont ils ont besoin pour réussir dans le domaine. Par exemple, Africa ICT Right au Ghana aide à répondre aux besoins en infrastructures pour les TIC (technologie de l'Information et de la Communication) et à la formation des communautés peu desservies. Autre lauréat, l'Université Mbarara de Science et Technologie (Ouganda) aide à combler le fossé entre les sexes en se focalisant sur les programmes de sensibilisation incitant les filles à poursuivre des cursus en STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Maths) courses. Consultez notre site pour découvrir la liste de tous les lauréats des RISE Award.

Audax Solutions Ltd (Lagos) a mis en œuvre des programmes visant à réduire l'inégalité des chances entre les enfants africains et leurs camarades du même âge dans le monde entier. Cliquez sur la photo pour en savoir plus et pour connaître les autres lauréats des RISE Awards.

Cette année, nous étendons encore le programme, avec les RISE Partnership Awards. Ces prix sont destinés à encourager la collaboration entre les organisations qui poursuivent un but commun : développer l'accès mondial à l'informatique. Par exemple, plus de 5000 filles d'Afrique sub-saharienne vont suivre des cours d'informatique grâce à un partenariat entre le programme ELITE basé à New-York et la Fondation WAAW au Nigéria.

Nous sommes fiers d'aider ces organisations à inspirer la nouvelle génération d'ingénieurs en informatique.

Publié par Hai Hong, RISE Program Manager

Introducing our smart contact lens project

Friday, January 17, 2014 | 3:57 PM

You’ve probably heard that diabetes is a huge and growing problem—affecting one in every 19 people on the planet. But you may not be familiar with the daily struggle that many people with diabetes face as they try to keep their blood sugar levels under control. Uncontrolled blood sugar puts people at risk for a range of dangerous complications, some short-term and others longer term, including damage to the eyes, kidneys and heart. A friend of ours told us she worries about her mom, who once passed out from low blood sugar and drove her car off the road.

Many people I’ve talked to say managing their diabetes is like having a part-time job. Glucose levels change frequently with normal activity like exercising or eating or even sweating. Sudden spikes or precipitous drops are dangerous and not uncommon, requiring round-the-clock monitoring. Although some people wear glucose monitors with a glucose sensor embedded under their skin, all people with diabetes must still prick their finger and test drops of blood throughout the day. It’s disruptive, and it’s painful. And, as a result, many people with diabetes check their blood glucose less often than they should.

Over the years, many scientists have investigated various body fluids—such as tears—in the hopes of finding an easier way for people to track their glucose levels. But as you can imagine, tears are hard to collect and study. At Google[x], we wondered if miniaturized electronics—think: chips and sensors so small they look like bits of glitter, and an antenna thinner than a human hair—might be a way to crack the mystery of tear glucose and measure it with greater accuracy.



We’re now testing a smart contact lens that’s built to measure glucose levels in tears using a tiny wireless chip and miniaturized glucose sensor that are embedded between two layers of soft contact lens material. We’re testing prototypes that can generate a reading once per second. We’re also investigating the potential for this to serve as an early warning for the wearer, so we’re exploring integrating tiny LED lights that could light up to indicate that glucose levels have crossed above or below certain thresholds. It’s still early days for this technology, but we’ve completed multiple clinical research studies which are helping to refine our prototype. We hope this could someday lead to a new way for people with diabetes to manage their disease.

We’re in discussions with the FDA, but there’s still a lot more work to do to turn this technology into a system that people can use. We’re not going to do this alone: we plan to look for partners who are experts in bringing products like this to market. These partners will use our technology for a smart contact lens and develop apps that would make the measurements available to the wearer and their doctor. We’ve always said that we’d seek out projects that seem a bit speculative or strange, and at a time when the International Diabetes Federation is declaring that the world is “losing the battle” against diabetes, we thought this project was worth a shot.

Posted by Brian Otis and Babak Parviz, project co-founders


====


Présentation de notre projet de lentille de contact intelligente

Vous savez certainement que le diabète est une pathologie de plus en plus répandue qui pose beaucoup de problèmes et touche une personne sur 19 dans le monde. Mais vous n'avez peut-être pas idée du combat quotidien que cela signifie pour les personnes diabétiques d'essayer de contrôler et de maintenir leur taux de sucre dans le sang (glycémie). En effet, une glycémie incontrôlée expose les diabétiques à toutes sortes de complications, certaines à court terme et d'autres à long terme, notamment en endommageant les yeux, les reins et le cœur. Une de nos amis nous disait à ce sujet qu'elle s'inquiétait pour sa mère qui s'était évanouie au volant suite à un hypoglycémie et est sortie de la route.

Beaucoup de ceux que j'ai questionnés sur leur maladie m'ont dit que gérer leur diabète leur prenait le temps d'un travail à temps partiel. Les taux de glucose dans le sang changent fréquemment au cours d'une activité normale, telle que faire du sport, manger ou même transpirer. Les hausses ou les chutes soudaines du taux de glucose sont dangereuses mais pas rares, et exigent un contrôle 24h sur 24. Certaines personnes souffrant de diabètes sont équipées d'appareils de mesure avec un capteur à glucose inséré sous la peau. Mais la plupart doivent faire le test en se piquant le bout du doigt pour prélever une goutte de sang, plusieurs fois par jour. Cette méthode est inconfortable et douloureuse. C'est la raison pour laquelle beaucoup d'entre elles ne vérifient pas leur glycémie aussi souvent qu'elles le devraient.

Au fil des ans, les scientifiques ont fait des recherches sur divers liquides corporels, tels que les larmes, dans l'espoir de trouver un moyen plus simple de contrôler le taux de glucose. Mais comme vous vous en doutez, il n'est pas aisé de collecter les larmes pour les étudier. Chez Google[x], nous avons imaginé qu'avec de l'électronique miniaturisée, à savoir des puces et des capteurs plus petits qu'une paillette et une antenne plus fine qu'un cheveu humain, nous pourrions peut-être trouver le moyen de percer le mystère du glucose contenu dans les larmes et parvenir à le mesurer avec plus de précision.

Nous sommes en train de tester une lentille de contact intelligente qui pourrait mesurer le taux de glucose dans le liquide lacrymal à l'aide d'une minuscule puce sans fil et d'un capteur à glucose miniaturisé inséré dans l'épaisseur d'une lentille de contact. Les prototypes que nous testons sont capables de faire un relevé toutes les secondes. Nous étudions aussi la possibilité d'utiliser la lentille comme système d'alerte précoce pour le porteur. Ainsi, nous explorons le moyen d'y intégrer de minuscules LED qui s'allumeraient pour signaler les variations de glucose au-delà de certains seuils. Nous n'en sommes qu'aux balbutiements mais nous avons déjà réalisé de nombreuses études cliniques qui nous aident à affiner notre prototype. Nous espérons que ces travaux apporteront un jour aux personnes souffrant de diabètes une nouvelle façon de gérer leur maladie.

Nous sommes en pourparlers avec la FDA mais il reste encore beaucoup à faire pour transformer cette technologie en un système utilisable. Nous n'allons pas y arriver seuls : nous prévoyons de rechercher des partenaires experts dans la mise sur le marché de ce type de produit. Ces partenaires seront appelés à utiliser notre technologie sur une lentille de contact intelligente et à développer des applications capables de transmettre les résultats du relevé aux porteurs et à leurs médecins. Nous avons toujours dit que nous dénichions des projets qui semblent improbables ou étranges, mais lorsque la Fédération internationale du diabète déclare que le monde "est en train de perdre la bataille" “contre le diabète, nous nous sommes dit ce projet valait la peine.

Publié par Brian Otis et Babak Parviz, co-fondateurs du projet